Dessin du mois de novembre

Temps de lecture : 2 min 5

Illustration

Chaque mois, direction-marketing.fr met en lumière un auteur car un dessin vaut bien des discours !
Ce mois-ci c’est l’occasion de saluer mon collègue Frederic Bidet, créatif et créateur de mascotte.
Il répond à nos questions :

Frederic Bidet, créatif, graphiste et illustrateur

Vous êtes le créateur des personnages présent dans la marque Michel & Augustin
pouvez-vous nous raconter leur histoire ?

J’ai eu la chance d’être contacté par l’agence Care pour créer le logo de Michel et Augustin, le brief était clair : il fallait personnifier les deux créateurs de la marque et amener un ton nouveau dans le linéaire des biscuits. Michel et Augustin sont 2 entrepreneurs bourrés d’idées et impliqués à 100 % dans l’aventure de leur entreprise. Après plusieurs essais de personnages plus ou moins réalistes
(j’avais même créé une version super héros !) leur choix s’est porté sur ces deux petits bonshommes avec les mains dans le dos comme des garnements qui s’apprêtent a faire une bétise. Le trait était spontanée et vivant : cette version leur a plu et ils l’ont adoptée tout de suite. Leurs talent a été de faire vivre cette marque et de toujours déployer le même ton impertinent depuis maintenant 15 ans !

Témoignage d’ Augustin Paluel-Marmont :
“Fred est un type exceptionnel, doté à la fois d’un talent créatif fou et d’une intelligence relationnelle rare. Il est à l’origine du tout premier logo de l’aventure Michel et Augustin. Rencontrez Fred est une expérience riche. Unique. Ne pas le rencontrer est une grave erreur. Il va changer votre vie.”

Augustin Paluel-Marmont (un des fondateur de la marque) et Frederic Bidet (créateur des personnages et du premier logotype)

Certains illustrateurs ont une patte, vous avez des styles très différents ?

Moi des pattes j’en ai plusieurs et ça m’aide à tenir debout 😉 . Je suis un dessinateur avec une palette très large. C’est mon plaisir d’explorer des styles différents et c’est, je pense, une qualité pour la création de mascotte. Il faut savoir mettre son talent au service d’une idée et trouver le style qui collera le mieux au concept. Je suis aussi graphiste et c’est très important de pouvoir marier dessin et graphisme d’un logo. Et puis la mascotte peut-être une icone fixe liée à la marque ou un personnage qui doit être animé et fonctionner sans le logo.

Un style unique pour un illustrateur est plus justifié pour l’illustration artistique ou dans le domaine de l’édition : c’est surtout un moyen d’identifier plus facilement un illustrateur.

Mascotte de la marque Yooji pour l’agence Care

Mascotte de la marque Be Zen (sushis en GMS) réalisé pour l’agence Change pour son client Delmas.

 

Quels sont vos conseils pour créer un personnage qui traverse le temps ?

Le plus important, comme dans tous les métiers de création graphique, c’est le brief. Une mascotte est un formidable moyen d’humaniser une marque et d’augmenter son coté affectif mais il est essentiel que celle-ci soit bien réfléchie avant. Plus la mascotte est singulière et unique mieux elle supportera les éventuels changements ou liftings : on reconnaitra toujours le bibendum Michelin ou la Vache qui rit quelque soit son traité.

J’ai réalisé une version de Bison Futé qui «vécut» de 1990 à 2006. C’était la deuxième version après l’original très BD et elle fut remplacée par une version «image de synthèse» pour la moderniser (je la trouve personnellement un peu froide). En l’occurence ces changements ont eu peu de conséquences tant le nom de Bison Futé est ancré dans notre mémoire collective. Mon petit indien a fait le job pendant 16 ans, c’est déja pas mal !